AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Jurisprudence concernant les images

Aller en bas 
AuteurMessage
Oum Mehdi
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 906
Age : 34
Localisation : 13/84
Des enfants? Combien? : non snif
Date d'inscription : 07/03/2007

MessageSujet: Jurisprudence concernant les images   Sam 1 Déc - 18:09



L’autorisation des jouets d’enfants :

Les jeux d’enfants font exception comme les poupées ou autres qu’il est permis de fabriquer et de vendre selon la tradition :

Al Bukhari et Abu Dawud rapportent d’après Aicha « Je jouais à la poupée chez le prophète saws ; j’avais des amies qui jouaient avec moi. Quand l’envoyé de dieu saws entrait, elles se cachaient de lui et il les envoyait chercher pour continuer à jouer avec moi. »

Abu Daoud et An Nasai rapportent toujours d’après Aicha « Le prophète saws était rentré de l’expédition de Tabuk (selon une autre version de Khaybar) ; le vent souffla et la tenture qui recouvrait mes etagères se souleva, laissant apparaître mes poupées. »Qu’est ce que c’est Aicha ? » demanda le propète saws. » « Ce sont mes poupées , répondis-je ».

Comme le prophète saws avait aperçu au milieu des poupées un cheval avec une paire d’ailes, il demanda : « Et là au milieu des poupées ? ». »C’est un cheval ». « Qu’a-t-il sur le dos ? une paire d’ailes ? » demanda le prophète saws. »Ne sais-tu pas que Salomon avait un cheval dotés de plusieures ailes ? ».

Puis Aicha ajouta : « l’envoyé de dieu saws se mit alors à rire au point de laisser voir ses molaires ».

Les images virtuelles :


L’interdiction unanime vaut uniquement pour les images réelles dotées d’une ombre.

S’agissant maintenant des images virtuelles qui n’ont pas d’ombre (gravures dans la pierre, photographies, ciselures dans le métal, images imprimées sur
les vêtements et les tentures) , il est permis d’en fabriquer car bien qu’elles aient été interdites en premier lieu, elles ont ensuite été autorisées, ainsi qu’en témoigne cette tradition rapportée par Aisha : « J’avais une draperie à images dont j’avais tapissé des recoins de ma chambre.Le prophète saws, la voyant en entrant, changea de visage et l’arracha en disant : « au jour de la resurrection, le plus terrible des châtiments sera infligé à ceux qui imitent les êtres créés par dieu ».Puis Aisha ajouta : « Nous coupâmes alors la draperie en morceaux et en fîmes 2 coussins ».

Quant aux preuves scriptuaires qui indiquent que la chose est autorisée citons les suivantes :

La tradition rapportée par Yusr Ibn Said, d’après Zayd Ibn Khalid, d’après
Abu Talha, disant que le prophète saws a dit : « les anges n’entrent pas dans une maison où se trouvent des images ».Puis Yusr ajouta : « Zayd tomba malade et nous le visitâmes/Or nous remarquâmes qu’il y avait une tenture à images sur sa porte.Je demandai alors à Ubaydallah, le gendre de Maymuna, m’épouse du prophète saws : « Zayd ne nous a-t-il pas rapporté une tradition à propose des images l’autre jour ? » « Ne l’as-tu pas entendu ajouter : Sauf un imprimé sur un vêtement ? » répondit Ubaydallah.

Muslim rapporte d’après Aisha « Nous avions une tenture ornée d’une image d’oiseaux que celui qui entrait ne pouvait manquer de voir.Le prophète saws me dit « Retourne cette tenture, car chaque fois que j’entre et que je la vois,elle me rappelle la vie de ce monde ».

Cette tradition prophétique prouve que la chose n’est pas interdite, car si elle l’avait été en dernier lieu, le prophète saws aurait ordonné qu’on détruise la tenture et n’aurait pas demandé qu’on la retourne, expliquant la raison de sa demande par le fait que cette tenture lui évoquait la vie de ce monde.

At Tahawi, d’obédience Hanafite, confirme cette opinion : « En premier lieu le legislateur a interdit toutes les images, y compris celles qui sont imprimées, car les arabes venaient juste de cesser d’adorer les images, raison pour laquelle il fallait les interdire toutes.Puis, lorsque l’interdiction des images a été établie, le législateur autorisa les imprimés sur le vêtement en raison de la necessité de s’en vêtir, ainsi que les images de peu de valeur, en raison du fait que l’ignorant ne saurait les vénérer ».

Ibn Hazm a dit : « Il est permis uniquement aux enfants de jouer avec des images (en volume ou non) ;quant aux autres, les images (en volume ou non) leurs sont interdites, à moins qu’il ne s’agisse d’un imprimé sur un vêtement ».Puis Ibn Hazm argue la tradition rapportée d’Zayd Ibn Khalid, d’après Abu Talha al Ansari.

source: fiqh as sunnah, sayyid sabiq.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hoda
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1033
Age : 28
Localisation : Non je ne vais la faire, je suis trop bien elevée !!!
Des enfants? Combien? : Si on te demande tu répondras que tu ne sais pas
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: Jurisprudence concernant les images   Sam 16 Jan - 15:34



Question :

Est-il licite d'avoir des images d'être vivant, des statues ou des photos d'être vivants à la maison ?


Réponse :

Chez les anciens malikites: il y a divergence sur les images de créatures vivantes (animales ou humaines) qui sont sur les habits ou sur les murs et les plafonds des maisons: il y a parmi les anciens savants qui disent que cela n'est pas haram; et il y a ceux qui disent qu'il y a des conditions (comme celles que le corps soit entièrement dessiné pour que cela soit haram, sinon s'il manque une partie du corps qui est vitale cela est licite...)

Cette divergence me laisse dire qu'on doit prendre ce qui est facile et pratique pour nous...Et si on peut éviter ces genres de choses c'est encore mieux...Mais on ne doit pas dire aux autres : ceci est haram enlevez le.

Pour les images des créatures vivantes qui sont banalisées et qui sont sur les draps, tapis ou canapé: il n' y a aucun soucis (c'est licite) car elles ne sont pas mises en valeur.


Les photos d'identité, les jouets pour les enfants et les images dans les livres pour apprendre(ou enseigner), ils sont entièrement halal(licite) chez la grande majorité des savants. (Voir entre autre: Al-Fiqh 'alâ al-madhâhib al-arba'a d'Al-jazîrî tome II : page: 40)

Beaucoup de savants malikites contemporains sont plus souples par rapport à la question des statues et des images des créatures vivantes (qui font de l'ombre): ils disent que le Hadîth qui les interdisaient concerne un contexte de polythéisme(shirk) qui régnait en Arabie à l'époque et qui a disparu maintenant (grâce à Dieu): donc aucun problème que cela soit à la maison pour le décor ou autre (art...). Hormis les images illicites: de nudité par exemple ou celles qui incitent aux pêchés...

Nos maîtres disents: 'Al-umûr bi maqâsidihâ'(chaque chose est liée à sa finalité (et l'intention de celui qui la fait))

Les savants qui n'interdisent pas le taswîr: disent que cette interdiction
était surtout liée à la peur d'un retour à l'idôlatrie et « la préoccupation de ne pas susciter un culte ». Ces savants posent donc comme conditions pour garder des images (même représentant des êtres animés) que: l'image ne doit pas représenter une divinité ou une créature à laquelle un culte est voué. l'image ne doit pas être le produit d'un artiste qui cherche par son geste à imiter la création de Dieu. l'image ne doit pas non plus avoir pour but de glorifier ou de vénérer une personnalité humaine (ou animale). (Certains des savants qui partagent cet avis pensent que les images n'étaient pas permises au début de l'Islam, puis qu'elles ont été autorisées, et l'interdiction n'est restée que pour les idoles et les statues.)
(Al-qurtubî dans son commentaire du verset 13 de la Sourate 34: rapporte que Makkî et An-nahhâs disent qu'un groupe rapporte que le at-taswîr est autorisé par ce verset (parceque le Prophète Salomon a fait faire cela) et aussi à cause de ce qui a été rapporté dans le Coran à propos de Jésus)

Pour ce qui est de la photographie: comme on a dit: de très nombreux savants contemporains considèrent que la photographie n'est qu'un reflet de la réalité (à l'instar du reflet qui apparaît dans un miroir) et ne peut être comparée à une image dessinée. Selon eux, la photographie est donc permise, tant qu'elle ne montre pas quelque chose d'illicite.

Source : avis compilés par le site doctrine malikite

_________________
Message perso : Quand pour défendre sa doctrine on ment et on vole, cela s'appelle de l'embrigadement sectaire. Le Haqq n'a besoin ni du vol ni du mensonge pour être défendu. Puissiez-vous être guidées, amîn


Découvrez www.guidemusulman.com pour être prévenue par SMS gratuit de la date du Ramadan et de l’Aïd, recevoir gratuitement des SMS de rappels (Coran, hadiths), et utiliser l’annuaire des mosquées le plus complet, les horaires des prières, l'annuaire musulman des professionnels, les petites annonces, l'agenda des événements, le fil d'actualités… 


Dernière édition par hoda le Sam 16 Jan - 15:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hoda
Administratrice
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1033
Age : 28
Localisation : Non je ne vais la faire, je suis trop bien elevée !!!
Des enfants? Combien? : Si on te demande tu répondras que tu ne sais pas
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: Jurisprudence concernant les images   Sam 16 Jan - 15:35

Salaam aleykoum

Les images planes (photos, peinture, dessins…)



La réponse de l’islam sur les images planes n’apparaît clairement que si
l’on examine l’image elle-même pour savoir quel est le but visé, quel emplacement elle occupe dans la maison, quel est son emploi et enfin quel but se fixe son auteur en la dessinant.



Si l’image plane représente tout ce qu’on adore en dehors d’Allah tel que le
messie chez les chrétiens, la vache chez les hindoues et d’autres choses du même genre, celui qui l’a dessiné dans ce but et avec cette intention n’est qu’un mécréant propagateur d’incroyance et d’égarement. C’est en pensant aux gens de cette espèce que nabi saws a annoncé le plus dur des châtiments : « Ceux qui auront les châtiments les plus durs le jour de la résurrection sont les dessinateurs » (Muslim )

At Tabari a dit : « Est visé ici celui qui dessine tout ce qu’on adore en
dehors d’Allah en connaissance de cause et intentionnellement. Cela en fait un mécréant. Quant à celui qui ne cherche pas cela, il est simplement coupable de désobéissance en ne respectant pas cette interdiction. »

Entre dans cette catégorie celui qui accroche des tableaux/photos/images planes comme des objets sacrés.


Proche de celui-là est celui qui a dessiné ce que l’on adore pas, mais qui a cherché à imiter dieu dans sa création, c'est-à-dire prétendant créer tout autant que dieu. Son intention l’éloigne du tawhid.

A propos de cette catégorie de personne, le hadith suivant a été rapporté : « Les gens qui auront les châtiments les plus durs sont ceux qui imitent dieu dans sa création ».

C’est une chose qui dépend uniquement de l’intention du dessinateur. Dans ce hadith, il y a sûrement la preuve de « Qui donc est la plus injuste que celui qui est allé jusqu’à créer comme ma création ? Qu’il crée donc une graine ou une simple fourmi ! ».

L’expression « Qui est allé jusqu’à créer comme ma création ? » indique l’intention de ressembler à dieu et de disputer ses prérogatives particulières telles que la création et l’innovation. Le défi que leur lance dieu de créer une graine ou une fourmi indique qu’ils ont cherché cette concurrence à travers leur œuvre. C’est pourquoi il les châtie à la vue de tous, le jour de la résurrection, quand il leur dit « Donnez vie à ce que vous avez créé !
» et quand il ordonne au dessinateur d’insuffler ma vie dans son image.

Parmi les images qu’il est interdit de faire ou d’acquérir, sont toutes
celles qui représentent des personnages entourés d’un culte religieux, ou glorifiés à outrance (images des prophètes, des anges, des saints très répandues chez les chrétiens).Certains innovateurs de l’islam les ont en parti imité en représentant Ali, Fatima…Sont également interdites celles qui représentent des monarques ou des rois, des chefs politiques ou des artistes. Elles ont de moindre péché que les précédentes, mais leur péché devient plus grave si elles représentent des mécréants, des gens injustes ou des débauchés, tels que les chefs d’état qui ne gouvernent pas selon ce que dieu a révélé, les chefs politiques qui appellent à autre chose qu’à la mission de dieu, les artistes qui glorifient l’injustice et qui propagent l’immoralité et la dégradation des mœurs dans la nation.

Il semble que du temps du prophète saws, la plupart des images planes visaient à adorer ou à glorifier des personnages, car elles étaient l’œuvre des Byzantins et des Perses, c'est-à-dire des chrétiens et des zoroastriens. C’est pourquoi elles étaient toujours marquées par l’influence de leur foi et
du culte qu’ils vouaient à leurs chefs religieux et politiques. Muslim rapporte ce hadith d’après Abou Ad-Douha : « J’étais avec Masrouq dans une maison où il y avait des statues. Masrouq me dit : « Est-ce que ces statues sont celles de Chosroes ? ». « Non ce sont celles de Marie », lui dis-je.

Masrouq avait pensé ici que ces statues avaient été faites par les zoroastriens qui représentaient leurs rois même sur leur vaisselle. Il s’avéra cependant qu’elles étaient de fabrication chrétienne. A propos de cette histoire, Masrouq a dit : « J’ai entendu Abdallah Ibn Masa’oud dire : « J’ai entendu le prophète saws dire : « Les gens qui auront les châtiments les plus durs sont les dessinateurs ».


Quant aux images planes et peintures, s’ils représentent des choses inanimées, celui qui les dessine ou les acquière n’encoure aucun blâme.

Quand l’image représente un être animé non soumis à aucun interdit déjà mentionné (culte, glorification, idolatrerie…), je suis d’avis qu’elle n’est pas non plus interdite. Plusieurs hadith authentiques viennent appuyer cette thèse :

Muslim a rapporté d’après Bich Ibn Said, d’après Zaid Ibn Khalid, d’après Abou Talha, que le messager de dieu saws a dit : « Les anges n’entrent pas
dans une maison où il y a une image ». Bichr dit : « Par la suite Zaid tomba malade et nous lui rendîmes visite.Nous trouvâmes sur sa porte un rideau portant une image .Bichr dit : « Je dis à Oubaidallah Al Kaoulani (épouse du prophète saws) qui était alors avec lui : »Est-ce que Zaid ne nous a pas rapporté avant-hier ce qu’o a dit à propos des images ? ». Oubaidallah répondit : « Ne l’as-tu pas entendu quand il a dit « Sauf un dessin sur un tissu » ?.

At Tirmidhi a rapporté d’après Otba, que ce dernier est venu rendre visite à Abou Talha al Ansari qui était malade.Il trouva auprès de lui Sahl Ibn Hanif.Il dit : « Abou Tahla appela quelqu’un pour qu’il retire la couverture portant des images qui était sous lui. Sahl lui dit : « Pourquoi la retires-tu ? » Il dit : « Parce qu’elle porte des images et tu sais bien ce qu’en dit le prophète ». Sahl lui dit : « N’a-t-il pas dit aussi « Sauf celles qui sont dessinées sur un vêtements ? » Abou Tahla répondit « Si, mais cela me rassure ». At Tirmidhi juge ce hadith authentique .

Ces ahadith prouvent que les images absolument interdites sont les images
matérialisées uniquement (c'est-à-dire en 3 dimensions : statues).

Quant aux images dessinées sur ds toiles ou représentées sur les tapis, les
murs, il n’y a pas de texte explicite, authentique et non soumis à discussion qui indique leur interdiction.

Certes il y a des ahadith authentiques où le prophète saws a seulement montra sa réprobation pour ces sortes d’images, car elles constituent une imitation des partisans du luxe et des amoureux passionnés de ce bas-monde.



Muslim rapporte ce hadith de Zaid Ibn Khalid al Jouhni d’après Abou Talha al Ansari : »J’ai entendu nabi saws dire : « Les anges n’entrent pas dans une maison où il y a un chine ou des statues ».Il dit : « Je me rendis chez Aicha et lui dis : « Cet homme me fait savoir que le prophète saws a dit « les anges n’entrent pas dans une maison où il y a un chine ou des statues ».As-tu entendu pareil de la bouche du messager de dieu saws ? ».

Elle répondit : « Non mais je vais vous raconter ce que je l’ai vu faire.Je l’ai vu sortir à l’une de ses expéditions militaires, j’ai pris un tissu
portant des images et j’en fis un rideau pour la porte. Une fois de retour il vit le rideau ; je remarquais des signes de mécontentement sur son visage ; Il tira violemment le rideau jusqu’à ‘arracher et dit : « Dieu ne nous a jamais ordonné de vêtir les pierres et la boue ! ».

Elle dit : « J’en fis alors 2 coussins remplis de fibres de palmier et il ne trouva rien à redire ».

On ne peut déduire de ce hadith que la simple réprobation de vêtir les murs et autres avec des rideaux portant des dessins.

An Nawawi a dit : « Rien dans ce hadith n’implique l’interdiction, car le
vrai sens de cette phrase est que dieu ne nous a jamais ordonné de faire cela. Celà implique que ce n’est ni une obligation, ni une action recommandée , et que cela ne prescrit aucune interdiction. »

De même, Muslim a rapporté d’après Aicha qu’elle a dit : « Nous avions un
rideau portant des images d’oiseaux. Celui qui entrait dans la maison le voyait en face de lui. Le messager de dieu saws me dit : « Change-moi ce rideau de place, car chaque fois que j’entre, je le vois et je pense à ce bas-monde ».

Il ne lui a pas ordonné de le déchirer, mais seulement de la changer de place, car cela lui rappelait le bas-monde, d’autant plus qu’il faisait toutes ses prières surérogatoires chez lui.

On en conclut que nabi saws a admis chez lui la présence de rideaux portant des images d’oiseaux.

C’est selon ces ahadith que nos pieux ancêtres (AL bukhari, Muslim et
d’autres) ont dit : « On n’a interdit que tout ce qui a une ombre, et il n’y a aucun mal dans les images qui n’ont pas d’ombre » .

Le hadith suivant appuie les paroles de Dieu : « Qui donc est la plus
injuste que celui qui est allé jusqu’à créer comme ma création ? Qu’il crée donc une graine ou une simple fourmi ! ».

La création de dieu n’est pas un dessin sur une surface plane mais la création d’images matérialisées en 3 dimensions comme ‘a affirmé dieu l’exalté : « C’est lui qui vous donne forme dans les matrices, comme il veut ». (3.6)

Le bien-fondé de cette idée n’est troublé que par le hadith de Aicha dans l’une des versions de Muslim et d’Al Bukhari. Elle acheta une fois un coussin portant des images. Quand nabi saws le vit, il resta à la porte et n’entra pas. Elle dit « Oh messager de dieu ! je reviens repentante vers dieu et son messager. Quel péché ai-je donc commis ? ».Il dit : « Que vient faire là ce coussin ? ». Elle dit : « je l’ai acheté pour que tu t’assoies dessus et que tu y reposes ta tête ». Le messager de dieu saws dit : « Les auteurs de ces images seront châtiés et on leur dira « Donnez vie à ce que vous avez créé ! ». Puis il dit : « Les anges n’entrent pas dans une maison où il y a des images ».Dans une autre version, Mulism ajoute qu’Aicha a dit : « Je fis de ce coussin 2 oreillers servant pour la maison ».

Cependant, plusieurs arguments viennent contrecarrer ce hadith :

***Il a été rapporté dans plusieurs versions nettement contradictoires.
Certaines montrent que le prophète saws a utilisé le rideau une fois qu’il a été coupé et transformé en coussins. D’autres disent qu’il ne l’a nullement utilisé par la suite.


*** Certaines versions indiquent seulement qu’il n’a pas aimé cela, car recouvrir le mur avec des images est une sorte de luxe qu’il n’admettait pas. C’est pourquoi il dit : « Dieu n’a jamais ordonné de vêtir les pierres et la
boue ».


*** Le hadith de Aicha rapporté par Mulim au sujet du rideau portant des images d’oiseaux : le prophète saws a dit : « Change-moi ce rideau de place, car à chaque fois que je le vois je pense à ce bas-monde ». Cela n’implique aucune interdiction.


***
Ce hadith s’oppose à celui où est mentionné un rideau avec des dessins que le prophète saws a ordonné de retirer de sa vue car il voyait ces images en accomplissant sa prière ;

Al Hafidh qui ne sut pas comment concilier ce hadith avec celui de Aicha concernant le rideau avec des dessins a dit : « Cela prouve qu’il a d’abord accepté la présence de ce rideau et qu’il a accompli sa prière alors qu’il était encore accroché, jusqu’au moment où il ordonna de la retirer uniquement parce que ces images le distrayaient pendant sa prière, sans pourtant évoquer comme raison que c’étaient les images ».

Al HAfidh lia les 2 hadith par le fait que le 1er parlait d’images d’êtres animés et que l’autre des images autre que des oiseaux. Cependant, le hadith
citant le rideau portant des dessins d’oiseaux vient perturber cette conciliation.



*** Ce hadith est en opposition avec celui d’Abou Tahla Al Ansari qui fait exception des images faites sur les vêtements.

Al Qourtoubi a dit : « On peut concilier en disant que le hadith de Aicha
implique la réprobation des images et que celui de Abou Tahla indique la permission inconditionnée qui, en fait, ne contredit pas la réprobation ». Al HAfidh Ibn Hajar approuve cet avis.



***Celui qui a rapporté le hadith de Aicha concernant le rideau n’est autre que le fils de son frère, al Qassim Ibn Mohammad Ibn Abou Bakr.Or il admettait les images qui n’avaient pas d’ombre. On rapporte que Ibn Aoun a dit : « Je suis entré une fois chez Al Qassim, alors qu’il habitait dans le quartier haut de la mecque.J y vis une coupole décorée d’images de loutres et d’oiseaux légendaires ».

Al Hafidh dit : « Il se peut qu’il se soit appuyer sur l’exception accordée aux dessins faits sur le vêtement ».

Il semble qu’il expliqua la réprobation de nabi saws pour le rideau de Aicha par le fait que cela revêtait un mur. Celà est corroboré pales paroles de nabi saws « Dieu n’a pas ordonné de vêtir les pierres et la boue ».

Al Qassim était l’un des 7 savants savants en fiqh de Médine.C’était l’un des hommes les plus méritants de son époque. Or c’est lui qui a rapporté le hadith concernant le rideau il n’avait pas compris que cette permission s’étendait aux décorations de la coupole, il ne les aurait jamais permises.



Cependant, à travers les ahadith concernant les images et leurs auteurs, il apparaît la possibilité que nabi saws a d’abord été sévère à leur sujet parce que les gens venaient à peine de quitter l’ère polythéiste et idôlatre, où l’adoration des images et statues était répandue.

Mais une fois que le tawhid s’installa solidement dans las âmes, et qu’il se fixa profondément dans les cœurs et les esprits, nabi saws finit par autoriser les images planes. Autrement, il n’aurait pas admis dans sa
propre maison un rideau portant des images, et il n’aurait pas fait exception des dessins sur le vêtement. On étand cette exception par analogie au papier, aux murs etc…

At Tahawi, l’un des imams du rite Hanafite a dit : « La seule raison pour laquelle toutes sortes d’images, même tissées furent interdites au début est que les gens sortaient à peine d’une ère où l’on adorait les images. Elles furent donc interdites en bloc. Une fois que cette interdiction fut admise et comprise, l’islam autorisa les dessins tissées sur un vêtement par necessité de se vêtir.Il autorisa aussi toutes les images privées de tout considération, car on ne craint pas que l’ignorant adore ce que l’on ne respecte pas. Mais l’interdiction est restée valable pour les images entourées de respect ».

source: al haram wa al haram fi islam, Sheykh Youssouf al Qardaoui

_________________
Message perso : Quand pour défendre sa doctrine on ment et on vole, cela s'appelle de l'embrigadement sectaire. Le Haqq n'a besoin ni du vol ni du mensonge pour être défendu. Puissiez-vous être guidées, amîn


Découvrez www.guidemusulman.com pour être prévenue par SMS gratuit de la date du Ramadan et de l’Aïd, recevoir gratuitement des SMS de rappels (Coran, hadiths), et utiliser l’annuaire des mosquées le plus complet, les horaires des prières, l'annuaire musulman des professionnels, les petites annonces, l'agenda des événements, le fil d'actualités… 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jurisprudence concernant les images   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jurisprudence concernant les images
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le culte des images dans la religion chrétienne
» Images drôles d'Ecureuil
» Mise à jour du site IMAGES DE SOLDATS
» Photos et images comiques de Cagla
» Vos citations ou textes ou images sur le bonheur et la joie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Soeurs Reconverties à l'Islam :: Premiers Pas Sur le Forum... :: Réglement du forum-
Sauter vers: